Valises posées : En Namibie

Le road trip le plus épatant que nous ayons jamais fait. Bienvenue au pays du roi lion :) 21 jours 100% nature à camper sur le toit du 4x4 et à rester éveillé en écoutant les éléphants
Septembre 2018
3 semaines
4
1

Fraîchement débarqués de l'avion et une petite nuit blanche dans les pattes nous sommes accueillis par Hentzel de l'agence Namvic. ( Je ferais une parenthèse plus tard sur la voiture car il s'agit quand même de la condition majeure de réussite du voyage). Très bon accueil alors que cela fait déjà un moment qu'il patiente car notre vol n'est pas super à l'heure. Il nous propose de tirer de l'argent avant de partir pour l’agence. Pas plus de 2000 dollars Namibiens par personne (120€ à peu près ). Nous partons donc direction l’agence.

Notre voyage étant un road trip on avait plutôt intérêt à ne pas se tromper sur la voiture. Pour moi ça a été le point un peu stressant de la préparation du voyage. Ce n’est pas notre premier road trip mais c'est la première fois que la voiture a autant d’importance. C'est simple on a prévu de tout faire avec la voiture : conduire (ok bon ça on pouvait s'en douter ), les safaris dans les parcs, cuisiner, dormir… et puis que ça soit Clément ou moi on est un peu des quiches concernant la mécanique automobile. Même jamais changé un pneu 😊.

J'avais commencé à faire des recherches sur la voiture et les différentes entreprises mais ce n’était pas super évident comme comparaison entre les équipements, les types de 4x4 auxquels je ne pige rien du tout et les assurances. On a donc opté pour la sécurité et pas sur le prix le plus bas en suivant les conseils d'amis qui avaient fait le voyage 2 ans auparavant (Merci Océ et Ritchie 😀). Et finalement on s'y est bien retrouvé sur le prix.

Sans faire durer le suspense on a été ravis par le 4x4 et Namvic :

http://namvicsafaris.com

L’accueil était très sympathique et ils ont vraiment pris le temps de tout regarder avec nous et de tout nous expliquer. Ça a pris une bonne heure. On a même eu le droit à une première balade de prise en main de la voiture en étant accompagnés. En atterrissant j'avais vu que la grosse majorité des routes n’étaient pas goudronnées. Rajoutez à ça le fait de rouler à gauche et vous avez une Sarah peu fière. Heureusement que Clément était là. Finalement j'ai aussi conduit et ça s’avère facile. La voiture est maniable, les routes praticables et peu fréquentées.

Concernant l'équipement de la voiture nous avons eu tout ce dont nous avions besoin. Cela va des équipements primaires : roue de secours, le bordel pour gonfler les pneus, le GPS. .. aux équipements de camping : tables, chaises, nécessaire à barbecue , vaisselle ... Et pour finir la magnifique, superbe, tente de toit. Sans exagération c’est la meilleure invention de camping du monde. Le fait d’être en hauteur, protégé de tout, le froid du sol, le foutu caillou qui se glisse sous votre dos , les animaux un peu sauvages d’Afrique 😊 une vraie petite cabane. Moi qui ne suis pas très camping j'ai adoré du début à la fin (duvets, matelas et oreillers également fournis).

Pour finir un petit mot sur le prix : environ 2100 € avec une assurance couvrant la plupart des cas, un kilométrage illimité et le passage des frontières autorisées.

Nous n’avons eu aucun problème avec la voiture (sauf l'allume cigare qui nous a lâché ) et pas de souci non plus à la restitution.


Avec notre bolide à l'agence Namvic  

Nous voilà partis avec la voiture. Clément s'en sort comme un chef. Il nous faut faire le plein et les courses. On ne fait pas le plein soi même en Namibie et il est de bon ton de laisser un petit pourboire (10 $ namibiens par exemple). Good To know. Pour les courses c’est la grosse surprise. Énorme centre commercial type USA. Il y a tout ce dont nous avons besoin. Du coup je me fais rire avec mon sac à dos rempli de bouffe sous vide directement importée de France ^^ Grosse influence allemande dans les rayons : y a de la saucisse et de la charcuterie partout. Ça parle d'ailleurs beaucoup allemand ici, il y a de nombreux touristes de notre cher pays frontalier. Plus l'Africaneers avec ces consonances hollandaises, ça donne un mélange marrant.

Petite info supplémentaire : on a beaucoup utilisé la CB en Namibie. C'est l'une des premières fois que je fais ça mais finalement avec notre banque ( Boursorama) ça ne s'est pas révélé plus onéreux que si on avait retiré.

Et maintenant direction le BnB réservé pour la nuit. Parking obligatoire pour les dodos en ville. Il y a quand même quelques vols. D'ailleurs on a été surpris car toutes les maisons sont grillagées voir sous tension et on nous a déconseillé de sortir après la tombée de la nuit. Le logement est sans charme mais la chambre correcte. La proprio est plus occupée à préparer son mariage qui a lieu le lendemain qu'a nous accueillir 😂

2

Go go go. Le premier arrêt pour nous est Sesriem et le désert du Namibe.

On part au volant de notre bolide et à l'assaut des routes à gauche ^^. Clément s'en tire super bien. Pour l’instant nous sommes sur des grands axes, bien goudronnés quand arrive la question cruciale … hooo des babouins qui traversent la route !!!! Whaou !!! Je disais donc, la question cruciale : Continuer sur les grands axes mais faire un détour ou couper par les routes secondaires. C’est parti pour tester les routes de graviers. Et ca se passe bien. On gagne 2h et nos premières rencontres avec quelques antilopes et des oiseaux méga bizarres. Les paysages sont magnifiques. Très différents de tout ce que j'ai pu voir avant. Sentiment de liberté.

Premiers paysages d'Afrique Australe  

Première pause à la ville de Solitaire refaire le plein. Notre camping est entre Solitaire et Sesriem qui est une des entrées du désert du Namibe. Le GPS est un peu à côté de la plaque donc on se renseigne pour savoir où il est exactement.

Alors les campings en Namibie …. Tout une histoire. Armez-vous de patience pour arriver à trouver. Il n'y a pas de plateforme ou de site de réservation pour les campings. Tout se passe par échange de mails qui se finissent par un lien qui vous envoie sur une plateforme de paiement. Sans mentir j'ai du passer 10h sur les réservations. Et il faut vous y prendre vraiiiiiment en avance. Surtout pour les sites les plus touristiques types Etosha ou Sesriem. Trois mois en avance je n'ai pas eu de place à Sesriem et au Namibrand (parc à côté de Sesriem) et je n'ai pas eu les campings les dates souhaitées à Etosha.

Du coup nous logeons à environ 60 km de l'entrée du parc de Sossuslei. Quand j'avais réservé je m'étais dit que 60 km ça allait. Sauf que je n'avais anticipé l'état des routes et qu'en Namibie la journée est conditionnée par le levé et le couché du soleil. Les parcs ferment au couché du soleil et il est assez difficile de conduire car il n'y a pas d'éclairage de nuit. Mais le camping est top ! Grand emplacement, toutes les facilités et on va enfin pouvoir utiliser notre tente de toit 😀

Petite pause repas 😀

Deux choix s'offrent à nous pour cet après midi : soit aller randonner dans les montagnes soit partir directement pour Sossuslei. L'envie de voir des animaux est trop forte nous partons donc à la découverte du parc.

Sur la route nous croisons des troupeaux de springboks et nos premiers oryx 😀

Nos premiers Oryx 😀

Il ne nous reste pas beaucoup de temps avant le couché du soleil nous partons donc visiter un canyon et grimper sur les dunes les plus proches à l'approche du couché de soleil. Et les fameuses dunes rouges de Sossuslei ne nous ont pas déçues. Les couleurs sont splendides avec les couleurs du soleil.

Le canyon de Sesriem  
Les dunes de Sesriem  

C'est accompagnés des lumières baissants sur les montagnes que nous rentrons. On est ébloui. C'est la première fois que nous voyons un couché de soleil aussi coloré.

3

Nous avons passé trois nuits à Solitaire pour visiter le désert du Namib et faire une excursion d'une journée dans le regroupement de fermes (privées) de Namib Rand.

Nous avions pris l'option de tout faire par nous même, pour avoir la liberté de nous arrêter quand nous voulions et de le faire à notre rythme.

Sachez toutefois que vous pouvez réserver des safaris (appelés des game drives) dans tous les parcs nationaux. C'est souvent la compagnie semi privée NWR qui s'en charge. Nous avons fait un " Game drive" de nuit avec eux à Etosha et c'était très bien. Les prix sont corrects. Comptez un peu moins d'une 50aine d'euros pour 3h de safari.

Dans certains parcs les voitures "standards" n'ont aucun problème à circuler (Etosha ou une grosse partie de Sesriem) mais dans d'autres parcs un peu moins touristiques le 4x4 est obligatoire et certaines routes sont un peu aventureuses. Le safari organisé (voiture de 9 personnes en général) peut être un bon compromis.

Sesriem est la porte d'entrée du désert du Namib et du parc. Une longue route entourée de dunes rouges et de paysages lunaires et désertiques vous conduit jusqu'à Sossusvlei qui est un "Pan" (point d'eau asséché) entouré des plus grandes dunes.

La route jusqu'à Sossusvlei  

Sur la route nous nous arrêtons sur la Dune 45. 135 mètres a escalader 😀 Le ciel bleu au-dessus de nous et les dunes rouges sous nos pieds. On la descendra en courant et sans tomber ˆˆ

La Dune 45 

Pour atteindre Sossusvlei il y a une petite portion ou il faut conduire sur le sable. NWR propose aussi des navettes pour ceux qui ne sont pas en 4X4 ou qui veulent éviter de prendre le risque de s'ensabler. Clément veut tenter 😀 Après quelques petites frayeurs ... On a réussi 😀

C'est reparti pour une petite grimpette de dune pour avoir une jolie vue ...et encore plus chaud !!!

Sossusvlei

Le lendemain nous partons visiter le Namibrand. Cela s'est avéré un peu décevant. C'est une grande route encerclée par un paysage désertique et caillouteux. Nous avons aperçu Oryx et Springbok et quelques zébres au loin. Je pense qu'il faut séjourner dans les fermes alentours pour pouvoir profiter de ce que l'endroit à offrir.

Zebres et Oryx 😀

En rentrant nous avons une drôle de surprise : un oryx qui fait sa sieste tranquillement dans le camping 😊

Camping sauvage  
4

Le lendemain matin nous nous levons tôt (on caille !! la nuit dans le désert c'est froid !! et je suis en affaires de ski (sous-vêtements et chaussettes)) et départ pour la côte.

La route pour y aller est superbe. Nous passons de montagnes de roches à un désert de plusieurs centaines de kilomètres qui ne se termine qu'avec la mer.

Walvis bay est une ville construite autour d'un lagon fréquenté par de nombreuses espèces d'oiseaux. Les plus célèbres et nombreux d'entre eux sont les flamants roses, présents par milliers.

La ville est aussi connue pour son exploitation de sel. Mais honnêtement hormis cela, la ville apporte un intêret touristique limité.

Lors de notre pause déjeuner la première "invasion" d'oiseaux que nous avons eu était des pélicans blancs. Qu'est ce qu'ils sont gros (2 mètres 80 d'envergure) !!!

Pélicans Blancs de Namibie  

Deuxième rencontre lors de la balade autour de la lagune. Des centaines de flamants roses et au loin quelques otaries qui chassent.

Colonie de flamants  

Nous laissons les flamants roses derrière nous et nous dirigeons vers Swakopmund (Je vous rassure nous non plus on a jamais réussi à le dire ˆˆ). La route est le long de la côte. Pour moi ça ressemble à l'idée que je me fais de Dubai, il y a des énormes dunes de l'autre coté de la route. La ville est surtout connue pour les activités qu'elles proposent : 4x4 dans les dunes, balade à dos de chameau, quad ... Son architecture est très germanique ce qui donne un aspect assez rigolo pour une ville coincée entre l'océan et le désert.


Nous passons la nuit dans une magnifique propriété. Notre chambre est énorme et trop belle. On en profite bien après les nuits de camping 😀

Le soir nous nous baladons sur la marina. On n'arrive pas à aller dans les restaurants que nous avions repérés car ils sont full full. On finit à la pizzeria 😀. Pour garer la voiture, obligé de laisser un petit pourboire à un "gardien".

La Marina  
5

Le lendemain on décolle tôt car nous avons un programme ambitieux ! Un peu trop même. Quand j'ai prévu le parcours je n'avais pas du tout anticipé l'état des routes et surtout qu'il fallait être arrivé avant le couché du soleil.

Nous devions faire 450km + un détour de 100km pour s'arrêter à Cape Cross voir les otaries et profiter de traverser le Damaraland pour faire un stop à "White Lady". Ambitieux !

Premier arrêt donc Cape Cross avec un petit détour (et oui encore un !) pour voir un navire échoué sur la Skeleton Coast. La Skeleton Coast comprend une grosse partie de la côte nord namibienne. Elle a longtemps été un passage compliqué pour les marins et de nombreux navires se sont échoués le long de ses côtes. Encore récemment, puisque le navire que nous allons voir s'est échoué en 2008 sans victimes heureusement. C'est vraiment impressionnant de voir le bateau secoué par la marée et envahit d'oiseaux marins qui y nichent. Clément adore !

Bateau portugais échoué 

Nous voici finalement arrivés à Cape Cross. Nous sommes accueillit par une douce odeur infernale et le bruit de 100000 chèvres. Mais ce ne sont pas des chèvres, ce sont 100000 otaries qui communiquent entre elles par un cri unique qui leur permet de se retrouver dans ce bazar !

Elles sont si nombreuses que pour s'approcher du bord il faut zigzager entre elles et faire attention car elles sont très béliqueuses !! Que ça soit sur le sable ou dans l'eau le spectacle est impressionant. On est content d'avoir fait le détour !

La colonie d'otaries  

Hop hop hop on continue ! Direction le Damaraland.

On a zappé intentionnellement cette partie de la Namibie. Avec un peu de regrets mais en trois semaines difficile de tout faire ! En préparant le trajet on avait trouvé très intelligent de le traverser ... ( Hé comme ça on verra, même si c'est de la voiture !). Bon, clairement on a fait beaucoup de voiture pour ne pas en voir beaucoup mais ce qu'on a vu nous a bien plu 😀 On vous raconte !

Au vu du peu de temps dont nous disposons, nous avons décidé de nous arrêter pour voir la "White Lady", peinture rupestre dans le massif du Damaraland qui date de 2000ans. Il faut marcher environ 1h (facile) pour la voir en étant accompagné d'un guide officiel. Sur le chemin, la guide nous montre des traces de présence d'éléphants : arbres cassés et empreintes au sol. Ca fait réver et on a hâte de les voir ces grosses bêtes !

La peinture en elle même est jolie. Il y a tout un débat (réglé maintenant) sur la présence ou non d'une femme sur la peinture. Il s'avère finalement qu'il s'agit d'un chaman partant chasser.Et non une femme recouverte de peinture blanche comme les allemands ont pu le croire lors de sa découverte en 1918.

The White Lady  

On est pas avance sur le programme quand nous partons. On se dépêche comme on peut sur les petites routes. Les paysages sont extras et avec le couché du soleil ... magiques ! Il commence à faire nuit et on est toujours pas arrivés à Palmwag ou nous devons loger. Finalement nous atteignons de nuit notre campement. Nous devons signer une charte lors du check in car il y a actuellement une trentaine d'éléphants autour du camping et que l'hotel n'est pas responsable en cas de problème. Heuu ok ... pas rassurant du tout 😀

Bon à savoir, il y a un contrôle sanitaire à l'arrivée à Palmwag. La Namibie est coupée en deux dans ses importations de viande. Le sud est considéré comme sain et le nord contaminé par la fièvre aphteuse. Du coup vous ne pouvez pas rentrer ou sortir avec certaines denrées. C'est surtout à la sortie qu'ils sont pointilleux. On a été fouillé.

On installe la tente tout va bien quand soudain .... un énorme crac se fait entendre. Pas de doute les éléphants ne sont pas loin et commencent à s'attaquer aux arbres. L'agent de sécurité du camping (qui s'est pris d'affection pour nous 😀 ) vient nous chercher et nous amène en bordure de camping ... Et là ...les voilà !!! Eclairés seulement par la pleine lune, des éléphants !!! Ils sont une dizaine, en train de détruire patiemment les arbres pour se nourrir. Le moment est magique, j'en ai les larmes aux yeux. On reste là, à les regarder passer et à se rendre compte de leur taille ! Énormes ! On se couche avec des étoiles plein les yeux.

6

Le lendemain on se lève super tôt et on part pour le parc d'Etosha ! J'ai tellement hâte d'y être ! Comme je vous l'avais dit plus haut, nous n'avons pas assez anticipé suffisament la réservation des campings. Ce qui pose aujourd'hui un léger problème.

Le parc d'Etosha est immense, environ 20000km2 et 300km de long. Il a quatres grands campings : Dolomite qui se situe tout à l'ouest (d'où nous arrivons), Okaukuejo (qui est le camp le plus fréquenté car l'entrée est la plus pratique), Halali (le plus simpa) et Namutoni (tout à l'est). J'avais demandé Dolomite, Halali et Namutoni. Je n'ai pas eu de place pour les trois jours, seulement deux. Et dans cet ordre Namutoni et Halali. Non négociable. Nous voilà donc à devoir traverser le parc à toute vitesse pour atteindre avant 18h30 notre camp. Attention également, il y a des horaires "limites" pour l'accès au parc en fonction du lieu ou vous allez. Par exemple, de l'entrée ouest, la dernière heure d'accès si vous vous rendez à Namutoni est 11H. Et là il est 11H30 ... heureusement on nous laisse passer 😀

Nous rentrons dans le parc et dès le début c'est l'émerveillement devant tant d'animaux. Nous qui n'avions vu des zèbres que des loin et difficilement, ils sont 30 devant nous au bord de la route. Nous croisons troupeau d'impalas, de gnous, de springboks etc ...

On essaye de ne pas trop s'arrêter pour ne pas perdre trop de temps mais c'est vraiment difficile devant autant de faune.

Point d'eau 

On va de joie en joie : Eléphants, girafes, rhinos ... Tout ce beau monde qui se balade dans le parc, qu'on croise en bord de route. La route est bonne, je peux même conduire, il n'y a pas tant de monde que ça. Je craignais un peu l'aspect zoo mais pas du tout. Rien qu'en restant sur l'axe principal on en prend plein les mirettes !

Je vous propose quelques photos car finalement elles sont parlant que mon babillage 😀

Girafes  
Rhinocéros Noir : espèce menacée à cause du braconnage 
Elephants d'Afrique 

Et dernière surprise du soir :

Une hyènes tachetée 

Au pas de course mais nous arrivons au camp 5min avant la fermeture des portes.

Le camping de Namutoni est assez spartiate et les places ne sont pas très grandes mais on s'en accomode largement pour être au taquet à l'ouverture des portes le lendemain matin.

7

Le lendemain on au taquet pour l'ouverture. Tellement qu'on y est une heure trop tôt ... Bon ba café ?

7h10 c'est parti ! On fonce ! C'est le meilleur horaire pour voir des prédateurs, on est à fond, jumelles à la main et yeux grands ouverts ! On croise des éléphants, des drôles d'oiseaux etc ..

"Clément arrête toi !" "Passe moi les jumelles"

Guépards : maman et trois bébés 

Improbable mais vrai. On n'osait même pas imaginer en voir tellement il est difficile d'en apercevoir ... des GUEPARDS! Une maman et ses trois petits. Rien que pour nous ! Trente minutes de bonheur !

Sur le chemin on a aussi croisé ça :

Deux lionnes et deux lionceaux  

Bon là on ne les avait pas pour nous tout seul. Il y a avait au moins 15 voitures autour. C'était à celui qui avait la meilleure place ... Les lions ont crée beaucoup de passion ce matin là. Ils ne sont d'ailleurs pas restés très longtemps.

Le reste de la journée a été tout aussi incroyable. Nous sommes restés entre Namutoni et Halali.

Prévoyez votre pause entre 13h et 16h car c'est vrai que l'on voit moins de choses et les animaux sont souvent immobiles du fait de la chaleur. Ca repart dès qu'il fait un peu moins chaud. L'occasion de faire comme eux, une petite sieste ou de profiter de la piscine du camping 😀

J'ai développé une passion pour les éléphants 😀

Le soir nous avons réservé un safari de nuit. C'était environ 40e par personnes. Nous étions avec 7 autres personnes. Et une autre voiture de 9 personnes nous suivait. Nous avons commencé à 19H et fini à 22H.

La nuit étant le meilleur moment pour voir des prédateurs, nous croisions les doigts pour voir des léopards ! Malheureusement on a pas vu grand chose et les léopards nous échapperont jusqu'à la fin. C'est le jeu avec la nature 😀


Nous logions à Halali. Le camping est vraiment bien. C'est le meilleur je trouve de ce qu'on a pu voir.

Départ très tôt le matin pour ce troisième jour à Etosha. On a eu un peu moins de chance que le jour d'avant et on a eu une loooongue période sans voir un seul animaux. Je trouve cela aussi rassurant car ça prouve bien qu'on est (presque) en pleine nature et qu'il faut savoir s'armer de patience. Et ça peut aussi être un peu long quand on passe ces journées dans la voiture sans pouvoir sortir.


Nous avons quand même été bien gatés, car en arrivant à un point de vue nous aperçevons un lion prêt à s'installer pour sa sieste. Une seule voiture est présente. On l'a eu pour nous pendant 15Min avant d'être envahit de voiture. N'empêche c'est dans ce moment là que l'on comprend pourquoi on ne peut pas sortir de voiture. Couché, le lion était invisible. Une pause pipi malencontreuse ...


Le roi lion 😀

Le soir nous ne dormions pas dans le parc mais dans un lodge à 30min de l'entrée principale.

Superbe ! C'est un système de tente en dure mais avec tout le confort d'une chambre : salle de bain, couette bien chaude etc ... Le concept est top !

Les hébergements de type lodges sont vraiment très chers et vous ne faites pas le même voyage si vous dormez en camping ou si vous prenez l'option en dur. Comptez au moins 100e la nuit pour ce type de logement, luxueux on peut le dire.

En dormant majoritairement en camping et en prenant 6nuits en dures dont 3 dans des lodges l'hébergement nous est revenu à 900e pour deux.

8

Le but de la journée est d'arriver à Rundu (frontière de l'Angola et entrée de la bande de Caprivi) avant la tombée du jour. Ca ne nous fait pas un énorme détour de traverser par Etosha donc nous en profitons pour traverser le parc une dernière fois avant de changer radicalement de décor.

Nous roulons ensuite jusqu'à Rundu. Le paysage change. C'est plus vert mais on voit apparaitre aussi plus de pauvreté. La route est entouré de village, de cases africaines. Il y a un monde fou autour de la route, qui est réguliérement traversée par des chévres ou des troupeaux de vaches. Vigilance !

La bande de Caprivi est un tout petit espace coincé entre l'Angola et le Botswana. Elle a été fortement marquée par la guerre avec l'Angola qui s'est terminée en 2002, laissant des stigmates dans le développement de la région mais aussi dans sa faune. Le braconnage a fait beaucoup de ravages et les parcs commençent seulement à retrouver leurs populations d'animaux. Certains sont d'ailleurs en passe de devenir grandisoses (ils valent déja le détour) comme le Mahango parc ou le Nkasa Rupara Parc. On vous en parle après 😀

La ville de Rundu n'a aucun intêret si ce n'est d'être un point d'étape ou de ravitaillement.

9

Nous voilà pommés dans la bande de Caprivi. Trouver le camping et le parc n'a pas été simple. On s'est perdus plusieurs fois entre les chemins de sable qui se ressemblent tous. Et finalement, nous y voilà au camping Livingstone Lodge en bordure du Nsaka Rupara Park. Le camping en lui même est une aventure. On y reviendra plus longuement mais pour le moment nous sommes acceuillit par le proprio et amenés jusqu'à notre campement qui dispose de ses propres toilettes et douches. On est isolés, seuls au monde et ça fait du bien 😀. (Mais déja à ce moment là je repére le petit point d'eau qui se trouve à 3m du campement ).

Pause repas rapide et on part à l'aventure.

Je vous l'avez dit, jusque là, la voiture c'était facile. On a utilisé le mode 4x4 une fois 5min. Tranquille. Mais là ça se gâte. Arrivés à l'accueil du parc, la dame nous demande de suite si on sait conduire sur le sable. "Heu .. Yes ..well ..a bit ..". Vachement convaincus les deux compères ... Clairement on ne passe pas le test. Elle prend la carte du parc et commence à nous montrer où nous ne pouvons pas aller. 90% du parc nous est inaccesible. Soit à cause de l'eau, soit à cause du sable. Super ...

Pour le premier jour on ne fait pas de folies. Il nous reste seulement deux heures. On est sages et restons dans les sentiers battus. C'est la première fois que nous sommes un peu déçus. On aperçoit vraiment pas d'animaux si ce n'est des phacochères et des Zazous (mais si l'oiseau dans le Roi Lion 😀 ). Pas un éléphant ou un hippopotame alors qu'on a croisé des troupeaux d'éléphants sur la route entre Rundu et ici.

On nous avait vendu un petit Delta de L'Okavongo ... mais y a pas d'eau ˆˆ

On rentre un peu bredouille. La nuit tombe ... et la je commence à flipper un peu. On ne voit pas plus loin que le faiseau de notre lampe = à 2m. Il y a beaucoup de bruits autour de nous et maintenant qu'il fait nuit, le point d'eau si mignon en pleine journée me fait craindre les pires agressions.

On finit de manger et on grimpe rapidement dans la tente. A l'abri. On entend depuis tout à l'heure un gros bruit mais on se convainc que ce n'est qu'un phacochère. On rigole. Allez le pire qu'il puisse nous arriver c'est les éléphants et on les entendra arriver. Aucun problème.

GRRRR! Le gros bruit se rapproche. C'est pas un phacochère ...On prend notre courage à deux mains, ouvrons la tente, essayons de voir quelque chose ... On distingue un gros truc au loin, c'est gris. On croise les doigts et là CRAC! Bon là on en est sûr c'est des éléphants. On reste sagement dans la tente. Ils passent. Je mets mes boules quies et m'endors. Pas Clément qui est réveillé 1H après par le boucant des éléphants.

Au réveil le lendemain, on voit les traces à 1m de la voiture ...Drôle d'aventure 😀

On part pour le parc et on se dit que c'est bête quand même que le parc nous soit si peu accessible. Ok l'eau nous bloquera mais le sable ... On peut quand même essayer. On prend la décision d'avancer et si on voit que c'est trop dur on fera demi tour.

Et on a bien fait ! On découvre des paysages aquatiques qui changent des paysages si arides vus précédemment. Et enfin, nous faisons la connaissance des hippos et des buffles !

On rentre super contents. Et le soir on allume un feu (hé pas con !). Nous aurons juste la visite d'un hippo mais bien à l'abri dans la tente, on apprécie le moment 😀

10

Le lendemain matin nous partons direction le Botswana et le Chobe National Parc.

Petite erreur dans le logement j'ai réservé le camping coté Namibien. En même temps, le camp s'appelle le Chobe River Camp. Avouez qu'il y a de quoi se tromper 😀 Je suis un peu énervée, ça nous fait perdre du temps et ça nous obligera à passer la frontière tous les jours. J'ai envie d'annuler et de trouver autre chose coté Botswana. Mais il est déja 15h. Le camping est vraiment magnifique, en bord de rivière. Nous avions une nuit en camping et une nuit en lodge de luxe. Après discussion avec la récéption, ils acceptent d'inverser les nuits : nous dormons donc la première nuit en lodge et la deuxième nuit qui devait être le camping est annulée (car moins cher) et nous dormirons coté Botswana, à Kasane.

Nous passons donc la frontière.

Le passage de la fontière dans un sens ou dans l'autre est assez facile. Il peut juste prendre un peu de temps.

Coté Namibien : il vous faudra remplir le questionnaire d'immigration à l'entrée et à la sortie. Si vous traversez la frontière plusieurs fois, prenez les feuillets avec vous et préremplissez les. ça vous fera gagner un peu de temps.

Coté Botswana : Pas besoin de visa pour les européens mais vous devrez vous aquittez des frais de douanes si vous avez votre propre véhicule. C'est 5/6e payable en cash (en monnaie namibienne ou botswanienne) ou avec la CB. Vous devrez aussi faire passer la voiture dans une solution saline et marcher dedans avec vos chaussures pour la fière aphteuse.

L'entrée du parc coté "Chobe River Front" est 500m après la frontière (pas en direction de Kasane). Sur 2km c'est du sable. La route est vraiment mauvaise. Si vous ne vous sentez pas à l'aise avec la conduite sur le sable il vaut mieux que vous rentriez par l'entrée de Kasane qui est beaucoup accessible. Vous pouvez aussi réserver un safari. On s'est fait un peu peur au premier passage. Ca a bien secoué (on a cassé du verre dans le frigo).

Mais vous ne le regretterez pas ! Le chemin longe ensuite la rivière et c'est époustouflant. C'est ma partie préférée du voyage. Pour les fans d'oiseaux, vous serez au paradis. Elephants par milliers (sans exagération), hippos, crocos, buffles, antilopes ... C'est bluffant.

Encore une fois je laisse les photos parler et j'arrête d'écrire 😀

Nous passons deux heures dans le parc et rentrons car nous devons repasser la frontière. Dodo dans le plus beau lodge qu'on ai eu. Reveillés avec le levé du soleil sur la rivière. Le tout en direct de sous la couette.

Chobe River Camp 

Départ un peu tardivement dans la matinée pour le Botswana. On passe encore la frontière.

Nous avons prévu de passer la journée à traverser le parc et d'en ressortir complétement à l'opposé, coté Kasane et de dormir là bas.

C'est simple on a eu le parc pour nous tout seul presque tout le temps. On a croisé la première voiture à 16h. J'ai adoré du début à la fin. Le parc est beau, il y a beaucoup d'animaux et beaucoup d'oiseaux assez drôles. C'est vraiment le plus beau parc du voyage 😀

Quelques oiseaux  
Quelques antilopes  
Quelques crocos et hippos 
Quelques girafes 

Tout était calme et paisible quand tout à coup ... Ruée d'éléphants.

On ne va pas se mentir les petites "frayeurs" qu'on a pu avoir avec les animaux étaient toutes avec des éléphants. Il y a environ 70000 éléphants au Botswana et environ 20000 rien qu'à Chobe. Et à 16h ils font quoi les éléphants? Ils vont se baigner ! Tous en même temps, en famille et au pas de course !

Du coup, on s'est retrouvés coincés entre plusieurs familles qui n'aimaient pas trop qu'on soit sur leur chemin et nous le faisaient comprendre. Ouverture des graaaaandes oreilles, rugissements ...Le message passe 5/5. Mais on est entouré, la route est pas super bonne ... On serre un peu les fesses ...'Heu Clément à droite ! Recule ! Avance ! " On a joué à cache cache élaphants pendant une bonne heure. ˆˆ On a dû en croiser 500 je pense dont un énorme rassemblement de 200/300 éléphants

Petit bain  

A partir de 17h ça devient la folie dans le parc, il y a des animaux partout : hippos qui sortent de l'eau, éléphants à droite à gauche, girafes ... dans une superbe lumière.

Dodo a Kasane ou nous réservons une balade en bateau sur la rivière pour le matin. Ca nous a coûté 50E à deux pour avoir notre petit bateau privé durant 3h 😀 On a apprécié ne pas être en voiture. Et pouvoir observer les éléphants de loin sans craindre de les voir débouler !

Et c'est déja la fin du voyage au Botswana.

Nous partons pour le Zimbabwe (et ses désagréments ˆˆ)

11

Toute une aventure le Zimbabwe ...

Elle commence par la frontière.

Le Zimbabwe est un pays à la stabilité politique et économique incertaine. La ville de Victoria Falls ne craint pas du tout mais nous avons eu quelques petits soucis notamment avec le passage de la frontière.

Pensez à partir avec des dollars US si vous allez au Zimbabwe. Pour le passage de la frontière ils vous seront nécessaire. Sauf si vous possédez de l'argent du Botswana. Nous n'avions ni l'un ni l'autre. Donc demi tour, passage de la frontière du Botswana en sens inverse, distributeur, argent, retour. Nous payons nos visas. Nous avons pris une Single entry, moins cher, mais si vous souhaitez passer en Zambie attention car ils le mettent par défaut. Pensez à demander des entrées multiples.

Nous arrivons à la douane et c'est là que ça se complique. On a passé 3h là dedans sans rien comprendre. Vous avez vu "Les 12 travaux d'Astérix", la maison qui rend fou ?Et bien on y est. Mes nerfs sont mis à rudes épreuves. On arrive au premier guichet (l'unique) et il nous dit qu'il faut un formulaire d'un autre ministère. Le représentant de l'autre ministère est habillé en civil ... n'en glande pas une et disait 5min plus tôt à son collègue qu'il avait trois enfants et qu'il fallait bien qu'il se débrouille pour les faire manger. En gros le mec au comptoir nous fait comprendre que son collègue va nous embobiner mais qu'il n'y fera rien. Lui il est réglo, mais il lui faut le formulaire que détient l'autre gugusse. Gugusse en question n'est pas très clair sur le montant, ne prend pas la carte bleue et nous on a plus d'espèce. Hé oui les gars de l'immigration ne nous ont pas dit de retirer plus pour la douane. Donc on est coincé, sans argent. Enfin si des dollars namibiens mais qu'il refuse. je commence à m'échauffer et à dire à Clément qu'on va faire demi tour et retourner au Botswana. Au moment ou il nous entend lever le ton bizarrement la situation se débloque et il accepte les dollars namibiens, en échange d'un petit "plus".On paye. On est soulés. On paye le mec au guichet en carte bleue. En tout, ça nous aura coûté 100dollars US pour passer la frontière. Un peu cher quand même.

Et pour ça : petit coup de gueule pour le Lonely Planet qui ne parle pas du tout du passage de frontière, des prix ou des problèmes d'argent au Zimbabwe.

Car nos mésaventures ne sont pas finies. Arrivés sur place nous allons au distributeur pour retirer et c'est là que nous apprenons qu'il n'y a plus d'argent dans les distributeurs depuis 10ans au Zimbabwe ... Et ça n'est indiqué nul part ! Heureusement qu'ils ont un comptoire Western Union et que ça c'est bien fini. Finalement on a juste perdu un peu de temps.

Fatigués par tout ça, nous restons au camping (Backpackers' camp) super sympa.

Finalement à Victoria Falls il n'y a pas grand chose à faire hormis les chutes. Ils proposent en revanche tout un tas d'activités : saut à l'élastique, Rafting, balade à dos d'éléphants ... Que nous n'avons pas faites.

Mais les chutes valent vraiment le détour. C'est impressionnant. Il y a plusieurs point de vue. La balade prend entre 2h et 3h.

Les chutes sont la Septiéme merveille du monde. On comprend pourquoi et nous sommes en saison séche (donc elles sont plus petites). C'est gigantesque. Et très beau. Vous pourrez même apercevoir des arcs en ciel avec un peu de chance 😀 Elles font environ 1700m de largeur et 10m de hauts. Elles sont les plus longues et les plus hautes du monde.


Victoria Falls 

Alors Zambie ou Zimbawe pour les voir ? C'est simple si vous voulez les voir de face c'est le Zimbawe. Si vous voulez les voir par au dessus et même vous approcher juste au dessus c'est la Zambie 😀

A Victoria Falls vous pourrez aussi demandé un laisser passer pour traverser le pont historique entre le Zimbabwe et la Zambie. C'est là qu'ils ont mis le saut à l'élastique ˆˆ

Le pont passe frontière.  

Nous voilà repartis vers la Namibie pour rejoindre le Mahango Parc. Le lendemain nous traversons le Botswana et la bande de Caprivi. Ca commence a sentir la fin du voyage.

12

Après une grosse journée de voiture nous voilà à Mahango National Park. Un tout petit parc très chouette, avec une partie rivière et une partie savane. On peut y aperçevoir des léopards et des Lycaons, il parait que c'est fréquent d'après la dame de l'entrée. On en voit pas mais nous découvrons de nouvelles sortes d'antilopes. La dame est super sympa elle nous ramène son livre pour nous montrer les types d'antilopes et nous en apprendre les noms.

Mahango coté rivière 

D'après les dernières annotations, les léopards et les lycaons ont été vus près du seul point d'eau du parc. On prend nos bouquins et on s'installe pour 4h d'attente. Malheureusement se ne sont pas des lycaons qui apparaissent mais des groupes d'éléphants, de partout. Ils nous forcent à reculer tellement ils sont nombreux et gros 😀

Une fois le groupe parti, après 2h de patience. D'autres animaux apparaissent mais pas de léopard 😀

Nous repartons un peu bredouille. Le lendemain il nous faut partir tôt car nous avons beaucoup de route. La dame de l'accueil nous convainc de revenir le lendemain et nous ouvre même un peu plus tôt. On passe deux heures a attendre et tout ce que nous voyons se sont des centaines de pintades venues boire 😀😀. Il faudra attendre un prochain voyage pour les lycaons et les léopards !

13

Dernière étape de notre parcours avant de rentrer. Il s'agit des plateaux de Waterberg. Encore un nouveau paysage, de terre rouge. C'est beau.

Nous dormons en dur. Je tombe amoureuse du lieu. La tente est assez spartiate mais très grande et avec une vue de dingue sur le plateau. Et le tout est conçu sur le modèle équitable et écologique. L'eau chauffe grâce à des panneaux solaires, le restaurant est fourni par de la chasse équitable provenant de la réserve, les salaires sont corrects.

Vue de notre tente 😀

Si vous souhaitez y aller : Waterberg wildeness Lodge. Il s'agit d'un regroupement de fermes. La nature a repris ses droits dessus, et le lodge est construit au milieu de cette ensemble. Vous pouvez y randonner et faire de nombreuses activités (notamment des safaris pour voir des rhinos qui sont nombreux là bas). Nous on a pas le temps car le lendemain il nous faut rejoindre Windhoek. On profite des sentiers de randonnés.

Waterberg 

et c'est déja la fin !